Homme en sueur

Sueurs nocturnes : causes

Nombreuses sont les personnes qui se plaignent de sueurs nocturnes. Dans une étude, 41 % des personnes ont déclaré avoir eu récemment des sueurs nocturnes, mais les femmes ont tendance à en avoir plus que les hommes. Cette différence s’explique en partie par le fait que les sueurs nocturnes ont tendance à accompagner la périménopause et la ménopause. Cependant, de nombreux autres processus physiologiques et problèmes sous-jacents peuvent provoquer des sueurs nocturnes chez les hommes comme chez les femmes.

Bien que de nombreuses personnes se soient réveillées en sueur à cause de couvertures trop lourdes, la sudation nocturne n’est pas causée par l’environnement de la chambre à coucher. La cause est plutôt interne. La transpiration excessive e n’est pas nécessairement le signe d’un problème médical, mais leur association avec certaines maladies graves signifie qu’il est important de parler à votre médecin si vous êtes inquiet. Les sueurs nocturnes peuvent également être inconfortables et perturber le sommeil, car certaines personnes transpirent suffisamment pour traverser leur pyjama et leur literie.

Quelles sont les causes des sueurs nocturnes chez les femmes ?

Bien que la transpiration puisse sembler être une simple réaction à la chaleur ou à l’exercice, elle implique un système complexe qui est affecté par de nombreux facteurs. En raison de ces facteurs, il n’existe pas de réponse unique pour expliquer ce qui cause la sudation nocturne chez les femmes, car la cause diffère d’une personne à l’autre. Cependant, les sueurs nocturnes sont souvent causées lorsqu’un processus corporel ou un problème sous-jacent a un impact sur la zone thermoneutre.

La zone thermoneutre est la plage de températures dans laquelle notre corps est à l’aise. Les frissons servent à nous réchauffer, et la transpiration à nous refroidir, afin que nous puissions rester dans cette plage. Si la plupart des gens ont une zone thermoneutre similaire, il s’agit d’une plage dynamique qui peut être influencée par le sexe, la santé et la forme physique. Si votre zone thermoneutre augmente ou rétrécit pendant le sommeil, ce changement peut provoquer des sueurs nocturnes.

Périménopause et ménopause

Les hormones peuvent affecter la façon dont nous transpirons. Les signes indiquant que vous pourriez être dans cette situation

  • Des changements dans votre cycle menstruel
  • Sécheresse ou infections vaginales
  • Incontinence ou infections de la vessie
  • Difficultés de sommeil
  • Changements dans votre libido
  • Troubles de l’humeur
  • Changements physiques, notamment prise ou perte de poids

La gravité des symptômes vasomoteurs peut varier considérablement d’une personne à l’autre et chez une même personne au fil du temps. Outre une transpiration excessive et parfois extrême, la suée nocturne ou les bouffées de chaleur sont souvent accompagnées de taches rouges sur la peau, d’une transpiration excessive et de frissons. Elles durent généralement entre une demi-minute et dix minutes, mais leur fréquence peut varier de plusieurs fois par heure à plusieurs fois par mois.

Bien que ces étapes fassent partie du processus normal de vieillissement, il existe des soins médicaux qui peuvent aider à atténuer8 les symptômes comme les sueurs nocturnes.

Fluctuations hormonales non ménopausiques

Certaines femmes connaissent des sueurs nocturnes à différents stades de leur cycle menstruel. Les femmes souffrant de trouble dysphorique prémenstruel (TDPM) présentent souvent des troubles du sommeil et une mauvaise qualité de celui-ci. Parmi les autres symptômes du trouble dysphorique prémenstruel figurent les changements d’humeur, l’anxiété, la dépression, la perte de concentration et le manque d’énergie.

Plus d’un tiers des femmes enceintes déclarent avoir des bouffées de chaleur ou des sueurs nocturnes, et 29 % continuent à en souffrir après l’accouchement. La transpiration liée à la grossesse semble atteindre son maximum vers la 30e semaine, tandis que la transpiration post-partum atteint son maximum deux semaines après l’accouchement. Les facteurs de risque de transpiration liée à la grossesse comprennent les symptômes dépressifs et un poids corporel élevé.

Insuffisance ovarienne prématurée L’insuffisance ovarienne prématurée peut entraîner chez certaines femmes l’apparition des symptômes tels que la transpiration nocturne et des bouffées de chaleur, à un âge beaucoup plus précoce que celui qui serait expliqué par la périménopause.

Anciennement appelée insuffisance ovarienne, l’insuffisance ovarienne prématurée se produit lorsque les ovaires cessent de fonctionner normalement avant l’âge de 40 ans, entraînant des symptômes de ménopause et une perte de fertilité.

En plus des sueurs nocturnes, les symptômes de l’insuffisance ovarienne prématurée ont tendance à ressembler à ceux de la ménopause :

Des règles irrégulières ou des modifications de votre cycle menstruel habituel. Des changements dans la libido, en particulier une baisse de la libido Sécheresse vaginale et douleurs pendant les rapports sexuels une mauvaise concentration et une irritabilité. Les chercheurs essaient toujours de comprendre ce qui déclenche l’insuffisance ovarienne prématurée, et 90 % des cas ont une cause inconnue.

Cette affection est sous-diagnostiquée et peut augmenter le risque d’infertilité, d’ostéoporose et de maladie cardiaque chez la femme. Il est donc important de consulter votre thérapeute si vous ressentez des symptômes inquiétants. L’insuffisance ovarienne prématurée est une maladie chronique, mais il existe des solutions qui peuvent aider à soulager les symptômes inconfortables comme les sueurs nocturnes.

Anxiété et stress

Plus de 30 % des femmes sont diagnostiquées comme souffrant d’un trouble anxieux à un moment donné de leur existence, et environ 63 % des femmes font état d’un niveau de stress au moins modéré. L’anxiété ou le stress, tant à court terme que chronique, peut provoquer une transpiration nocturne, probablement en rendant les glandes sudoripares plus réactive.

Il est également possible que l’anxiété rende les personnes plus susceptibles de remarquer des sueurs nocturnes, soit en raison de troubles du sommeil liés à l’anxiété, soit parce qu’elles s’inquiètent des conséquences des sueurs nocturnes sur la santé.

Médicaments

La transpiration nocturne peut être causées par les médicaments que vous prenez. Certaines personnes ne connaissent que des sueurs nocturnes, mais d’autres trouvent que leur médicament provoque une transpiration excessive pendant la journée également. Les produits présentant cet effet secondaire sont les suivants :

  • Les analgésiques comme l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène.
  • Les antidépresseurs, y compris les antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS).
  • La cortisone et certains autres corticostéroïdes
  • Les traitements contre le diabète, comme les agents hypoglycémiants.

Si vous pensez que vos sueurs nocturnes sont causées par un médicament qui vous a été prescrit, parlez-en à votre docteur avant de modifier la posologie ou d’arrêter de le prendre.

Apnée obstructive du sommeil (AOS)

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est un trouble respiratoire du sommeil courant qui peut provoquer de la transpiration nocturne chez certaines personnes. Les personnes atteintes de SAOS connaissent de multiples apnées, ou pauses respiratoires, pendant leur sommeil, en raison de l’affaissement ou de l’obstruction de leurs voies respiratoires par un excès de tissu.

On rapporte que 33 % des femmes souffrant de SAOS peuvent avoir des sueurs nocturnes en raison de cette affection. Cependant, la thérapie contre l’apnée du sommeil semble aider à soulager ce symptôme. Les autres symptômes courants du SAOS sont les suivants :

  • ronflement, halètement et étouffement pendant le sommeil
  • somnolence excessive pendant la journée
  • Dépression et autres changements d’humeur
  • Difficulté à se concentrer pendant la journée
  • Réveils réguliers pendant la nuit

L’AOS est une maladie chronique qui nécessite une prise en charge. Les soins les plus courants consistent à utiliser un appareil de pression positive continue (PPC), mais d’autres options thérapeutiques comprennent des changements de mode de vie, des appareils buccaux pour ouvrir les voies respiratoires et la chirurgie.

Infections

Les infections libèrent des médiateurs inflammatoires qui élèvent votre zone thermoneutre. Cela provoque le cycle familier de la fièvre, qui commence par des frissons pour augmenter la température interne. Une fois que votre zone thermoneutre revient à la normale, vous commencerez probablement à transpirer pour faire baisser votre température. Ce cycle se répète généralement au cours d’une infection et peut provoquer des sueurs nocturnes s’il se produit la nuit. La charge virale ou bactérienne de votre organisme peut également augmenter pendant le sommeil, ce qui accroît la probabilité de sueurs nocturnes.

Les infections graves qui peuvent provoquer de la transpiration nocturne sont les suivantes :

  • La tuberculose
  • Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)
  • la brucellose
  • l’endocardite
  • Hyperhidrose

Les personnes atteintes d’hyperhidrose transpirent de façon excessive sans que la chaleur ou l’exercice physique ne les y incite. La transpiration peut survenir le jour ou la nuit, et elle peut être suffisamment importante pour traverser les vêtements et la literie. Des problèmes de peau, en particulier sur les paumes, peuvent également apparaître en raison de l’excès d’humidité.

Les solutions les plus courants contre l’hyperhidrose sont les traitements oraux et topiques, la chirurgie et l’utilisation de la toxine botulique pour bloquer les neurotransmetteurs.

Autres causes

La sudation nocturne est un symptôme de nombreux autres problèmes de santé et processus physiologiques. Parmi celles-ci, certaines des causes les plus graves sont les suivantes :

  • L’hyperthyroïdie : Les sueurs nocturnes et la transpiration diurne excessive sont des symptômes de l’hyperthyroïdie, également connue sous le nom de thyroïde hyperactive. Parmi les autres symptômes de cette affection courante figurent la perte de poids, les tremblements, la fatigue, les palpitations cardiaques, les troubles du sommeil et l’anxiété. Les sueurs nocturnes et les autres symptômes répondent généralement bien à la médication.
  • Affections neurologiques : Les affections qui endommagent le cerveau peuvent provoquer une transpiration inhabituelle et excessive, y compris des sueurs nocturnes. Par exemple, les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral peuvent avoir une transpiration excessive d’un seul côté du corps. D’autres affections neurologiques peuvent causer des sueurs nocturnes, notamment la neuropathie, la dysréflexie autonome et la syringomyélie.
  • Le cancer : Le cancer et ses traitements sont connus pour provoquer des sueurs nocturnes. Ce symptôme peut survenir au début, au milieu de la médication ou même chez les survivants du cancer dont la maladie est en rémission. On peut citer les tumeurs neuroendocrines, les lymphomes, le myélome multiple, le cancer du poumon.

Quand en parler à votre médecin

La transpiration nocturne peut être inconfortables et parfois effrayantes. Toutes les sueurs nocturnes ne sont pas causées par une affection sous-jacente, mais vous devriez parler à votre thérapeute en cas de sueurs nocturnes nouvelles ou inhabituelles, ou de sueurs nocturnes qui surviennent régulièrement et ne répondent pas aux changements de mode de vie. Votre médecin peut prendre des mesures pour diagnostiquer tout problème de santé sous-jacent et s’assurer que vous recevez un traitement approprié.

Voici d’autres symptômes qui méritent une visite chez votre thérapeute s’ils surviennent en même temps que les sueurs nocturnes :

  • Perte de poids sans modification de votre régime alimentaire ni exercice physique supplémentaire
  • Fièvre inexpliquée
  • Somnolence et fatigue excessives pendant la journée
  • Faiblesse musculaire
  • Troubles du sommeil
  • Changements d’humeur

Conseils pour réduire les sueurs nocturnes

Toutes les sueurs nocturnes ne sont pas causées par une affection sous-jacente, et les résultats des traitements ne sont pas toujours immédiats. En plus des solutions médicales suggérés par votre docteur, voici d’autres moyens de mieux dormir en réduisant la transpiration nocturne :

Une literie respirante

La literie et les pyjamas en tissu respirant et évacuant l’humidité peuvent vous aider à rester plus frais et plus confortable la nuit. Si vous transpirez régulièrement à travers votre literie ou vos vêtements, pensez à garder des ensembles supplémentaires à portée de main.

Climatisation

Garder votre chambre à une température fraîche peut être plus confortable. Il est également plus facile de mieux dormir lorsque la pièce n’est pas trop chaude, même pour les personnes qui ne souffrent pas de sueurs nocturnes.

Techniques de réduction du stress

Les sueurs nocturnes peuvent être stressantes, tout comme bon nombre des conditions qui les provoquent. Le stress aggrave également la transpiration nocturne, ce qui fait des techniques de relaxation une approche utile. Parmi les méthodes populaires pour réduire le stress figurent la pleine conscience, l’imagerie guidée, la méditation et les exercices de respiration. L’hypnose et la thérapie cognitivo-comportementale peuvent également être utiles.

Éviter la caféine, l’alcool et les aliments épicés

Ces aliments peuvent affecter votre température interne et vous faire transpirer. Si vous avez des sueurs nocturnes, éviter de manger ou de boire ces aliments à l’approche de l’heure du coucher peut aider à soulager vos symptômes ou à éviter de les déclencher davantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page